Fausse couche : comment j’ai perdu mon bébé..

A la une

Famille 2.0https://famille2point0.com
famille 2.0 est un magazine dédié à la famille moderne africaine.

Fausse couche : une douleur moindre parce que l’enfant n’était pas encore né? C’est ce que l’on a tendance à croire.

Et pourtant pour la plupart des mamans, un bébé est un bébé à partir du moment où l’on sait qu’il est là.

Aussi la douleur est tout aussi forte et n’a besoin d’aucune comparaison. Roseandrine partage à cœur ouvert dans cet article, ce douloureux moment de sa vie où elle a fait une fausse couche.

Nous sommes en 2015.

Et après plusieurs années de pause accouchement, je suis prête à vivre de nouveau les joies de la maternité.

Les visites prénatales débutent normalement et tout va bien. Nous sommes si excités (les 2 aînés mon époux et moi) layettes tout ce qui était bébé passait.

Généralement, à la fin du 6e mois j’ai quasiment fini avec ma layette. Pour tout dire j’étais prête à accueillir mon bébé.

Je dois relever que je souffre d’un l’asthme allergique, mais jusqu’à cette époque mon diagnostic n’est pas encore connu. J’avais souvent des crises de respiration fortes qui me rendaient parfois inconsciente…

Le vendredi, en visite prénatale..

Le vendredi je vais en visite prénatale chez mon Gynécologue, écho, bilan tout est OK. Dimanche matin vers 10h j’ai la visite d’un ami, un jeune garçon et subitement, mon corps enfle, les yeux rougissent. Je n’arrive plus à respirer, il attrape un grand kaba et me le lance dessus, direction pharmacie de garde la plus proche.

Dès que la pharmacienne m’a vu (mon ventre n’était pas visible sous ce grand vêtement), elle a pris un paquet d’aerus en comprimé et m’en a donné deux, avec de l’eau sortie de son frigo.

En moins de cinq minutes j’étais sur pied et je l’ai remercié avant de prendre congé d’elle. À 18h, j’ai de très fortes douleurs au bas-ventre et n’en pouvant plus j’appelle mon Gynécologue. Je me présente et il me reconnait.

Là ou tout a commencé

Cependant il ne prend pas les pleurs en compte. Il me dit : « Mme YOUTCHA c’est une douleur passagère car votre bébé se porte bien et nous étions ensemble vendredi. Si vous avez Spasfon suppo, mettez et on se voit demain » .

Je l’ai fait, et j’ai eu la nuit la plus horrible, indescriptible. Des douleurs qui n’ont rien à voir avec les contractions et en plus mon bébé bougeait . Lundi 7H, je suis en consultation et pendant l’échographie, le gynécologue est dépassé, bloqué sur mon ventre.

Tout ce qu’il me dit « Mme YOUTCHA désolé » . J’étais perdue, il fallait évacuer le fœtus. Le plus dur pour moi ce jour était d’ annoncer à ses aînés qu’ils ne le verront jamais, et surtout de vivre avec ses vêtements. C’était une fille. Astrid Aurélia Y n’a jamais quitté mon coeur … J’ai eu deux autres bébé déjà, des garçons, et je n’ai pas toujours offert ses effets, je les garde encore .

Je note que c’est cet aerus qui a tué mon bébé, ce médicament n’était pas pour femme enceinte. Aujourd’hui mon anti-allergie de poche et la ventoline sont mes inséparables. Et enceinte, je me ménage beaucoup. Mon dernier vient d’avoir sept mois.

Lire d’autres témoignages ici

- Advertisement -spot_img

Laisser un commentaire

- Disponible -spot_img

Derniers articles

- Disponible -spot_img

More Recipes Like This

- Advertisement -spot_img