Apprendre à son enfant à faire face aux moqueries !

A la une

Famille 2.0
Famille 2.0https://famille2point0.com
famille 2.0 est un magazine dédié à la famille moderne africaine.

« Maman, est-ce que je suis gros ? ». Vous le regardez étonné et lui répondez « non tu n’es pas gros ». Et vous passez dessus…

Mais si votre enfant était victime de moqueries sur son poids ? Cet article vous aidera à lui apprendre à faire face aux moqueries.

Les enfants entre eux….

Les enfants à l'école

Loin de ce que l’on pourrait imaginer, les enfants peuvent être très blessants entre eux et ceci involontairement.

Très souvent, les enfants « différents » gros, petits, qui ont du mal à s’exprimer, timide, trop intelligents sont la cible de moqueries de la part des autres enfants.

Il peut aussi s’agir des enfants chez qui on perçoit une certaine fragilité/ une incapacité à se débrouiller seul sans un adulte. Cette différence devient donc le point de moquerie constant qui peut aller jusqu’à détruire psychologiquement l’enfant.

Il faut aussi noter qu’à un moment ou à un autre, tout enfant subira des moqueries et tous ne le vivront pas de la même manière selon les sensibilités.

Les conséquences probables

Combien d’entre nous ont arrêté de faire ce qu’ils aimaient un jour à cause des moqueries ? Beaucoup. Les moqueries entrainent chez de nombreux enfants :

  • La perte de la confiance en soi : un enfant pourtant doué qui refuse de participer à des ballets parce que s’estimant trop gros, un enfant intelligent qui rate toutes les questions volontairement de peur qu’on ne le traite d’« intello binoclard ».
  • Une haine de l’école : l’enfant qui a toujours des prétextes pour ne pas aller à l’école, qui a mal au ventre à l’heure du départ, pleure à l’entrée de sa salle de classe.
  • Un changement de comportement : perte d’appétit, isolement, plus attentif à son apparence, agressivité.
  • Dépression et tentative de suicide chez les plus grands.

Comment lui apprendre à faire face aux moqueries ?

Lorsque l’on découvre que son enfant est victime de moqueries, l’envie est très forte d’aller rencontrer les encadreurs ou les parents des autres enfants pour un règlement de compte.

Mais attention ! En agissant vous-même, vous êtes en train de dire à l’enfant qu’il ne peut pas résoudre ses problèmes par lui-même et de plus cela risque d’empirer la situation. Car il sera traité de poule mouillée. Voici ce que vous pouvez faire :

  • Discuter avec lui et lui proposer plusieurs solutions parmi lesquelles il choisira lui-même. L’enfant doit comprendre qu’il peut résoudre ce problème lui-même. Ces solutions peuvent être : répondre à l’harceleur au lieu de se taire ou fuir .

Exemple : s’il lui dit qu’il est gros. « Oui je suis gros et alors ça te dérange ou tu souhaiterais aussi avoir ce poids ? « 

  • Rencontrer les parents de l’autre enfant ou un enseignant si les moqueries tournent au harcèlement.
  • Lui changer d’ école si les moqueries vont jusqu’aux attaques physiques menaçant sa vie.

Lui redonner confiance en lui en le valorisant

Des paroles positives constantes vont booster son égo de manière à le rendre insensible aux moqueries des autres camarades de classe.

Ce qu’il ne faut pas faire :

  • Lui dire que ce n’est pas grave : l’enfant se dira que vous ne comprenez pas sa peine et n’en parlera plus.
  • Réagir sous le coup de la colère : aller à l’école, gueuler sur l’autre enfant. Ce qui va contribuer à davantage de moqueries.

Mais il faut savoir que la solution ultime lorsqu’il ne s’agit que de moqueries reste la confiance et l’amour envers soi.

Lorsque l’enfant dégage l’amour de soi, les moqueries ne l’atteignent plus autant et il communique cette belle énergie autour de lui.

- Advertisement -spot_img

Laisser un commentaire

- Disponible -spot_img

Derniers articles

- Disponible -spot_img

Plus d'articles

- Advertisement -spot_img